La flore des prairies humides

La densité du réseau hydrographique des Sorgues maintien une bonne humidité des sols qui est favorable au développement de prairies humides naturelles ou plantées par l’homme.

Jusqu’au début du siècle de nombreuses terres agricoles de la plaine des Sorgues étaient cultivées en prairies de fauche, le foin étant utilisé par les paysans pour l’alimentation des leurs animaux de trait, de ferme ou pour leurs troupeaux. Ces terres étaient pour la plupart irriguées par des canaux gravitaires (utilisation de la pente naturelle du terrain, l’eau étant amenée par des canaux) – pratique particulièrement adaptée à la culture des prairies.

Les surfaces en prairies diminuant, les agriculteurs ont préféré, pour des raisons pratiques, utiliser des pompages ou des forages pour l’irrigation des cultures céréalières et maraichères. De plus, dans un contexte de développement périurbain, les réseaux de canaux sont moins entretenus, souvent coupés par des infrastructures, voire comblés.

L’irrigation par voie gravitaire de certains secteurs n’est plus envisageable : une évolution qui s’avère directement préjudiciable pour les surfaces en prairies aussi bien sur le plan économique (diminution de la qualité agronomique et du volume de foin produit) que sur le plan écologique (baisse de la biodiversité liée à l’écosystème prairial, voire disparition du cortège floristique caractéristique de l’habitat d’intérêt communautaire).

En parallèle, on notera que la présence de ces réseaux de canaux d’irrigation constituait également un atout pour l’évacuation des eaux pluviales en cas d’inondation ; en l’absence d’entretien de ces réseaux, le service de drainage ne peut plus être rendu…

* Intérêts écologiques majeurs des prairies de la plaine des Sorgues :

  • Ce sont des espaces ouverts très appréciés d’une grande partie de la faune (en particulier les oiseaux, les chauves souris, les insectes et certains reptiles et batraciens) ;
  • Elles abritent des espèces végétales rares comme certaines orchidées (ophioglose...) ; 
  • Les prairies humides de la plaine des Sorgues sont reconnues comme habitats d’intérêt communautaire au titre de la Directive européenne « Habitats ». Elles font partie des milieux naturels à conserver dans le cadre de la démarche Natura 2000 les Sorgues et l'Auzon.

* Intérêt social et économique des prairies de la plaine des Sorgues :

  • Champs naturel d’expansion des crues;
  • Maintien du caractère humide des terres;
  • Production de foin.

Face à l’urbanisation et à la modernisation de l’agriculture, les surfaces en prairies de fauche régressent depuis la moitié du XXème siècle dans la plaine des Sorgues, comme dans toute la France. Cette régression est préjudiciable à l’écosystème, à la biodiversité et à l’homme. En 2009, le SMBS a élaboré, en concertation avec la Chambre d’Agriculture de Vaucluse, une Mesure Agro-environnementale pour soutenir les pratiques de fauche des prairies humides et la conversion de terres arables en prairies. Ainsi, les agriculteurs de moins de 60 ans disposant de parcelles à l’intérieur du site Natura 2000 peuvent, s’ils le souhaitent, s’engager à respecter les pratiques visant à entretenir ou à développer les surfaces en prairies. En contre partie de cet engagement sur une durée de 5 ans minimum, ils perçoivent une subvention de l’Etat et de l’Europe.